http://le-grand-duduche.cowblog.fr/images/menu/accueil.png           http://le-grand-duduche.cowblog.fr/images/menu/mail.png           http://le-grand-duduche.cowblog.fr/images/menu/amis2.png           http://le-grand-duduche.cowblog.fr/images/menu/favori.png         http://le-grand-duduche.cowblog.fr/images/menu/face.png          http://le-grand-duduche.cowblog.fr/images/menu/cow.png

   Après une semaine, je vais vous faire le bilan du précédent article, à savoir : Fessée or not fessée ?  Vous êtes douze à vous être exprimés sur le sujet. C'est avec une assez large majorité que vous vous prononcez pour la fessée et par conséquent assez défavorable à la loi qu'envisage la députée UMP Edwige Antier ( 10 personnes sur 12 ).
   Vous pensez souvent qu'une bonne petite fessée ne peut pas faire de mal, beaucoup d'entre vous affirment en avoir reçu et confient ne pas s'en porter plus mal aujourd'hui. De plus, certains soulignent la difficulté criante de mettre en place une telle loi, notamment dans son application concrète. Vous n'assimilez pas la fessée à de la violence mais à une sorte " d'auxiliaire d'éducation " parfois nécessaire.
   T0in0uu
nous parle même d'une théorie affirmant que la fessée est bonne pour la circulation sanguine, nous voilà rassurés : une petite tape c'est bon pour la santé !
   De plus, vous restez souvent persuadés que cette loi ne changera rien en ce qui concerne les parents réellement violents et qu'il y a bien d'autres choses à faire sur le plan politique en ce moment.
   Atom of the end un peu en marge, pousse le raisonnement plus loin. Il souligne l'aspect culturel de la fessée qui bien sûr ne peut être assimilée à de la maltraitance pure et simple. Il dénonce le danger que peut représenter une telle loi qui peut être aura du mal à faire la différence entre maltraitance et éducation parentale. Sans approuver la pratique de la fessé, il pense qu'une sensibilisation vaudra bien une loi de peur que cette dernière aille trop loin. 
   Nous pouvons aussi dire un mot de l'intervention de Maud96 , qui, si j'ai bien compris prône la fessée pour les garçons mais pas pour les filles, ces dernières n'en ayant pas besoin. Humour Maud ?
   Vous vous alignez donc assez bien sur le sondage TNS Sofres du journal Ouest France expliquant que 82 % des français étaient défavorables à une telle loi.
   Très en marge d'une majorité criante, deux personnes n'hésitent pas à s'opposer à la masse et à penser que cette loi n'est peut être pas une aussi mauvais idée, il s'agit de Kaa et de Rirounette. Tous deux estiment que la violence n'est pas une solution et que cette loi, même s'il elle ne change pas tout, aura le mérite de faire parler de la fessée et des différentes problématiques qu'elle engendre. Rirounette notamment, remarque que ce sont les gens fessés dans leur enfance qui reproduisent ce schéma une fois parents.   

http://le-grand-duduche.cowblog.fr/images/articles2009/51.jpg
   Comme promis, à moi de m'exprimer. Tout d'abord je remercie tous ceux qui ce sont prononcés sur le sujet, j'ai découvert un système intéressant dans le débat, je vous demande votre avis AVANT de vous donner le mien, du coup vous ne vous exprimez pas en me contrant ou en allant dans mon sens mais vous développez d'avantage ce que vous avez à dire. Je ne sais pas si c'est très clair mais je me comprends.
   Pour une fois, je dois dire que je suis clairement favorable à un projet de loi d'un(e) membre de l'UMP. Légiférer la fessée ne la supprimera peut être pas car en effet comment la contrôler, mais cela aura le mérité de faire avancer le débat ou d'au moins en poser les bases. 
   Je pense que la violence n'est en effet pas la solution, certes l'acte de la fessée en lui même n'est peut être pas de la violence en soit mais il s'y assimile. L'adulte ( fort), prend le dessus sur l'enfant ( faible ) par sa supériorité physique. Le parent qui frappe ( de la fessée à la claque en passant par la ceinture ) en arrive à une solution de facilité pour lui qui est de réprimer par la force en niant toute forme de communication avec l'enfant.
   Sans penser que la fessée rend l'enfant plus violent, je reste persuadé qu'il existe bon nombre d'autres moyens de le punir. L'éducation ce n'est pas du dressage. J'ai reçu des fessée étant enfant, non pas que j'en veuille particulièrement à mes parents mais j'ai toujours pensé que la punition corporelle, quelle qu'elle soit, est un acte de faiblesse de la part du parent qui en arrive là par un cuisant échec d'éducation. La violence ne doit pas devenir un modèle que l'enfant va suivre.
   Bien que la marge entre la fessée occasionnelle et la maltraitance semble encore assez claire, il n'est pas dit que le premier n'entraine pas à terme le second chez certains parents sans qu'eux mêmes ne s'en rendent compte réellement.
   Il faut aussi définir de quoi on parle. S'agit il de la fessée à proprement parler, sur les genoux du parent ( cf l'image ci-dessus ) ou parle t-on de la petite tape sur les fesses " en passant " ? La première est clairement humiliante pour l'enfant, elle le rabaisse vis à vis du parent et peut même créer un climat de crainte au sein de la famille.
   Enfin, j'ai plus l'impression que la fessée se fait sous le coup de la colère, elle est alors l'expression d'un adulte qui n'est pas en mesure de se contrôler sur le coup. On donne rarement une fessée à froid après avoir discuté avec l'enfant de la raison de cette punition. Du coup, la fessée se résume à un excès de violence incontrôlée du parent.
   Pour conclure, mon avis s'exprime au sein d'une apparente minorité mais je suis heureux que ce débat ait eu lieu ici, n'hésitez pas à le relancer en commentaires si vous avez des choses à ajouter.

http://le-grand-duduche.cowblog.fr/images/articles2009/52.gif

Contestations

Contestez !

Par coldtroll le Mardi 1er décembre 2009 à 18:07
d'un : une PETITE fessée n'a jamais fait mal à personne
deux : il s'agit en général non pas de prendre un ascendant physique sur l'enfant, mais de montrer qu'il a dépassé les bornes : l'adulte montre son énervement. Ce n'est peut-être pas une bonne chose, mais ça ne peut que préparer l'enfant au monde extérieur. on finit toujours par se mettre sur la gueule avec quelqu'un, un jour ou l'autre, garçon ou fille
après tout, nous ne sommes que des animaux
Par glandeur-rockmantique le Mardi 1er décembre 2009 à 18:34
A mes yeux, ce débat est d'un ridicule rarement égalé. En France, on fout des gosses dans des centres de rétention, on juge les mômes comme s'ils étaient des adultes (on les envoie en prison au moindre prétexte, en fait). Et après on discute pour savoir si oui ou non la fessée doit tolérée.
Franchement.
Par maud96 le Mardi 1er décembre 2009 à 19:06
Pour moi, humour ? évidemment... et j'ajoute qu'il y a un "grand garçon" dessiné ici à gauche et en fond de blog que je n'aimerais pas "fesser" : il semble avoir des fesses si osseuses et cagneuses que j'aurais peur de me faire mal aux mains
Quant au fond du problème, si jamais quelqu'un s'avisait de donner une fessée à mes futurs enfants (???), il recevrait de ma part une belle baffe dans la gu***e !
Par rien.a.voir le Mardi 1er décembre 2009 à 19:45
Si on envoie des gamins en centre de rééducation c'est parce que les parents n'ont jamais réussir à sévir au bon moment, tout simplement ! Ces centres sont là pour leur apprendre ce qu'est le respect envers les personnes qui les entourent.. faut pas voir un centre de rééducation comme une punition mais plutôt comme une "seconde" chance ! Ok le gamin est "enfermé" ok parfois les éducateurs peuvent être "très dur"(on est pas non plus dans un QHS hein!!) mais c'est pour recadrer ces personnes sur la bonne voix avec souvent une formation professionnelle et un avenir au bout.

Je connais des personnes qui ont fait face à ce genre de situation (centre, placement...) maintenant ils sont fier d'aller voir leurs éducateurs puis dire que grâce à eux ils sont revenu sur le droit chemin :)

Sans vouloir juger personne, je pense que "vous manquez tous"(je ne vise pas particulièrement les personnes qui ont écrit ici) cruellement de vécu dans ce domaine, ce milieu. Il n'est vraiment pas utile de sortir des grandes phrases, montrer qu'on sait tout sur tout etc.. Ce qui compte le plus c'est vraiment avoir un vécu (confronter au milieu suffit amplement) là ensuite vous pourrez commencer à vous forger un avis. Encore une fois ce n'est qu'une supposition que je me suis fait au fur et à mesure que j'ai entendu parler de cette loi.
Par kaa le Mardi 1er décembre 2009 à 20:17
Sans le savoir , j'étais finalement du même avis que toi
Comme ça, on sera au moins deux à penser la même chose :)
Par rirounette le Mardi 1er décembre 2009 à 22:04
Je suis d'accord avec toi. Mais toutefois, rien.a.voir n'a pas tord et on en parle avec pas mal de recul donc je ne sais pas si notre parole a beaucoup de valeur. En tout cas merci pour ce débat..
Par ostinato le Samedi 5 décembre 2009 à 20:29
Cher Duduche, avec toute l'affection que j'ai pour ce *Duduche qui accompagna ma jeunesse je me permets de te contredire. Entendons nous je ne suis pas partisan de la fessée, sauf entre adultes consentants.
simplement ce recorus systématique à la loi pour le moindre évènement à le don de m'épuiser.
Nous recourons à la loi pour le moindre fait divers, bientôtpour interdire la burqua, voire les minarets. come disait Montesquieu il ne faut toucher à la loi que d'une main tremblante, come dirait Henry il y a parfois des mains hasardeuses.
Plus sérieusement il ne serait pas plus intelligent de mettre les moyens en matière d'assistantes sociales ou de conseillères en économie sociale pour assister les parents et leur apprendre à éduquer sans passer par la violence ?
Et puis sérieusement la crédibilité de edwige antier, homophobe notoire et qui détourna de l'argent destinée à l'aide à l'enfance ( source Wiki http://fr.wikipedia.org/wiki/Edwige_Antier )
laisse pour le moins à désirer.
Bien à toi Duduche.
Par le-grand-duduche le Samedi 5 décembre 2009 à 21:29
Quand les grands esprits se rencontrent ...
Par le-grand-duduche le Dimanche 6 décembre 2009 à 14:52
Donc si je te suis bien il faut donner des fessées aux enfants pour les préparer au monde qui les attend ?
Tu sais quoi ? Dans ce cas je préfère encore ne pas faire d'enfants ...
De plus, une fessée c'est bel et bien un ascendant physique sur l'enfant sinon je ne vois pas ce que c'est, ça ne ressemble pas vraiment à une marque d'affection et il existe bon nombre d'autres punitions.
Par le-grand-duduche le Dimanche 6 décembre 2009 à 14:54
Certes il y a peut être plus fondamental comme débat mais je pense qu'il mérite quand même d'être abordé, plus en tout cas à mes yeux que celui sur l'identité nationale.
Par le-grand-duduche le Dimanche 6 décembre 2009 à 15:16
Pour le coup je ne me suis pas exprimé sur ces centres d'autant que c'est un sujet que je ne connais pas. On s'éloigne un peu du sujet premier.
Par le-grand-duduche le Lundi 7 décembre 2009 à 16:53
Nous sommes déjà d'accord sur un point, c'est un bon début.
Je pense que cette loi aura au moins le mérite de faire parler du débat même si de toute façon il y a peu de chance qu'elle passe.
Pour ce qui est d'Edwige Antier merci pour l'info et le lien, si wikipédia est fiable ( ... ) sa crédibilité est bien sûr à remettre en cause.
Par Anar-a-deux-balles le Jeudi 24 décembre 2009 à 13:38
Bon, j'ai lu les commentaires des deux articles et ceux du premier m'ont particulièrement interpelé. Non mais c'est quoi ces commentaires suant de débilité? Une fessée n'a jamais tué personne alors continuons...(en précisant en plus que si on a gosse, c'est bien pour lui taper dessus. Lamentable.) Faut-il donc attendre que ça tue quelqu'un pour commencer à réfléchir? En tout cas, force est de constater que la débilité des parents choisissant la solution de la facilité en collant une dérouillée à leur gosse a été léguée à ces mêmes gosses, c'est le moins qu'on puisse dire. Je trouve ça d'ailleurs affligeant de voir quelqu'un dire que toutes les mandales qu'il s'est prise, il les a mérité. Un gosse est un gosse, il fait ses premières expérimentations et c'est normal qu'il fasse des conneries. L'important est qu'il comprenne ses erreurs, pas qu'on les lui fasse payer physiquement. C'est plus de l'éducation là, c'est du dressage. Un gosse n'est pas un sac de frappe!
J'en ai reçu aussi quand j'étais minot, et pas qu'un peu. Et non, je n'en suis pas mort, mais ce que j'en retiens c'est une enfance passée dans la crainte de mon père. De mon côté, j'ai toujours été très violent aussi. Est-ce dû à ça? Peut-être, peut-être pas. Quoiqu'il en soit, on n'éduque pas un môme en lui apprenant à craindre la répression parentale. De plus, tout n'est pas qu'une histoire de violence physique. Il y a la violence morale qui s'ajoute à cela. Pour un enfant, les parents sont censés être un modèle à qui il doit une totale obéissance, un peu comme des dieux. Être victime de la colère de ce dieu contre lequel on se sait impuissant, c'est pas ce qui aide le mieux à se forger dans la vie hein.
De toute façon la question n'est pas de savoir si cela dépend de l'intensité de la fessée. Que ce soit une grosse branlée ou que ce soit une légère tape, il y a tout de même le geste et ce n'est pas comme ça qu'on éduque un gosse bordel! Si vous tenez réellement à frapper, montez sur un ring de boxe. Et alors vous verrez là bas que si on vous tape dessus stupidement, vous encaisserez mais vous n'apprendrez jamais rien. Il faut laisser une marche de manœuvre à l'éduqué pour qu'il apprenne par lui même. En boxe, on le laisse s'exercer et on lui place un coup dès qu'il fait une erreur, sans y aller comme une brute. On le frappe parce que c'est le but de la boxe. Mais dans la vie, le but n'est pas de frapper les gens. Alors pourquoi élever un môme en le frappant? Vous pensez que la fin justifie les moyens? Erreur, la fin est à l'image des moyens!


Bref, pour ce qui est de la loi par contre, je serai plutôt contre. Comme le dit atom-of-the-end, ce n'est pas le genre de truc qui peut passer par une législation. Outre le fait que personne ne pourra veiller à ce que les parents n'enfreignent la loi (quoiqu'ils seraient capables de se servir de ça comme prétexte pour nous coller une vidéo-surveillance dans les foyers tiens. Vive Big Brother.), quand bien même certains y obéiraient, ce ne serait qu'une obéissance simulée par la crainte de la répression. Exactement comme le gosse qui craint la fessée. De plus, je vois là dedans une nouvelle tentative de l'État de monopoliser pour lui seul la violence. Comme le dit une célèbre citation de Stirner: "Aux mains de l'État, la force s'appelle "droit", aux mains de l'individu, elle se nomme "crime"." Jusqu'ici, la famille était considérée comme un micro État. En effet, si la violence entre deux individus a toujours été réprimée, même quand ceux-ci n'en venaient pas à se plaindre aux forces de l'ordre, la violence au sein de la famille a, elle, toujours été tolérée car administrée le plus souvent par le père, la figure de l'État au sein de la famille. Or, maintenant, est-ce qu'on peut encore considérer le modèle de famille actuel comme un micro État face au nombre croissant de divorces et de familles recomposées?
D'ailleurs, cela se vérifie dans le fait que, comme le dit Glandeur-Rockmantique, on souhaite interdire la fessée alors qu'en France les gosses sont envoyés en centre de rétention (certes, je ne m'y connais pas spécialement sur la question mais la détention, quel qu'elle soit, ne peut être bénéfique. ).
Par Floor Refinishing Jax le Samedi 12 août 2017 à 8:55
A good number of Asian Pine floors can be found with an important factory stop. Factory carried out means that factory contains applied many different, protective layers of choose to polyurethane, metal oxide, or blending both. These wraps up protect the ground from mild scratches and even wear.
 

Contestez !









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://le-grand-duduche.cowblog.fr/trackback/2938385

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast